Nicolas dans la presse

Publié le 1 Avril 2014

NR de dimanche

Comme la dizaine d'autres viticulteurs bio du salon, il espère tirer profit de cette étiquette verte qui attire de plus en plus l'œil du client. Pour Thierry Vrignaud, président du Salon des vins, « les gens sont aujourd'hui très attentifs à la mention AB ». Certes, ils ne viennent pas « uniquement pour le bio, mais ils ont ça dans un coin de leur tête ». Nicolas Reau dit s'être lancé dans le bio « non pas pour des raisons commerciales mais par conviction ». Néanmoins, le viticulteur admet que la petite étiquette AB « a le vent en poupe ». Et surtout à l'exportation : chaque année 10.000 à 15.000 bouteilles de son domaine, soit la moitié de sa production, partent pour les États-Unis, le Québec ou le Japon. Son vin vient garnir les tables des grands restaurants « de la côte est américaine », à New York notamment où « les établissements ont une carte de vins natures incroyable ».

Nicolas dans la presse

Rédigé par Balthazar

Repost 0
Commenter cet article