Publié le 24 Septembre 2013

Chez les Grecs ( avant JC), on ne boit pas de vin pur. Et on ne boit pas le vin seul !

On le coupe avec de l'eau :

3 parts d'eau pour 1 part de vin ne tire pas à conséquence.

2 parts d'eau pour 2 parts de vin retire à l'homme sa lucidité.

1 part d'eau d'eau pour 3 parts de vin c'est, selon Plutarque, la plus harmonieuse proportion, voilà qui apporte le sommeil et apaise les tourments.

Il reste que boire le vin pur c'est, toujours pour les Grecs, opter pour la sauvagerie, comme les Macédoniens, ou pire les Tharces qui jouent à s'étrangler lors de leurs saouleries. Athénée racontent qu'ils se pendent et tentent avec une serpette de couper la corde avant qu'il ne soit trop tard. Ceux qui en meurent provoquent l'hilarité générale.

( par Jean-Luc Hennig)

Une nouvelle goulée de culture ? Entre civilisés et barbares

Voir les commentaires

Rédigé par Balthazar

Repost 0

Publié le 16 Septembre 2013

... c'est pour cela aussi que ses vins sont bons.

Voir les commentaires

Rédigé par Balthazar et Apache

Publié dans #VIDEO

Repost 0

Publié le 5 Septembre 2013

De la surface en plus !

Nicolas Reau qui veille sur 5,5 ha étend son heureuse zone d'influence et s'occupe désormais de 1,9 ha en plus. 1,9 ha de beau cabernet sur l'un des secteurs viticoles parmi les plus anciens du Thouarsais, au lieu dit opportunément appelé "Le Pressoir". Et cela date du Moyen-Age !

La vendange sur cette terre d'argile à silex sera effectuée, pour la première fois cette année, pour le chai du Clos des Treilles

Voir les commentaires

Rédigé par Lixon

Repost 0

Publié le 1 Septembre 2013

Lu dans Victor Hugo, "Les Misérables" .

Voici "la coutume champenoise et bourguignonne des vins avant la Révolution. Quand un haut personnage venait en visite on lui présentait quatre vins, vin de singe, vin de lion, vin de mouton, vin de cochon. Ce sont les quatre degrés que descend l'ivrogne, la première (singe), une ivresse égayée,la deuxième (lion) celle qui irrite, la troisième (mouton) celle qui hébète, la quatrième (cochon) celle qui abrutit."

Chez Nicolas un seul degré : celui des anges qui permet d'approcher le divin.

Voir les commentaires

Rédigé par Absalom

Publié dans #VIDEO

Repost 0