Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié le 27 Septembre 2018

vendanges en chemin

Voir les commentaires

Publié dans #VIDEO

Repost0

Publié le 24 Septembre 2018

Vendanges : le bon cru avant la tempête ?

Publié le | Mis à jour le 

Nicolas Reau craint des récoltes incertaines au fur et à mesure que le climat se détraquera.

Nicolas Reau craint des récoltes incertaines au fur et à mesure que le climat se détraquera. 
© (Photo NR)

L’année 2018 s’annonce prometteuse pour les vignerons thouarsais, en pleines vendanges. Mais “ ça ne va pas aller en s’arrangeant ”, redoute Nicolas Reau.

 
La saison est pleinement lancée. Les vendangeurs récoltent le raisin, qui a désormais bien mûri. Du côté de chez Nicolas Reau, à Sainte-Radégonde, les années se suivent et ne se ressemblent pas toujours. Et heureusement, d’ailleurs.
L’an passé, ses vignes avaient subi la morsure d’un froid tardif : elles ne s’en étaient pas vraiment remises. « Mes récoltes avaient été gelées à 80 %. Mais en 2018, on a échappé au mildiou, et on a des beaux raisins. J’en suis heureux », commente le vigneron, qui voit les augures plutôt favorables.
Le spectre du réchauffement climatiqueSa réputation n’est plus à faire. Ses vins, recensés et encensés dans des revues de référence, s’exportent dans le monde entier, et beaucoup au Japon et en Corée du Sud. C’est peut-être aussi à ce titre que Gilbert Favreau, président du Conseil départemental, est également passé lui rendre visite lors de son récent passage dans le Thouarsais.
Mais la qualité de ses produits découle aussi de son procédé de fabrication. Porté sur le vin bio depuis 2005, puis sur les vins nature et sans sucre, il veut se rapprocher de la tradition originelle. « Avec mon équipe d’une vingtaine de vendangeurs, nous avons récolté à la main les raisins et nous les avons déposés dans des jarres enterrées, comme c’était fait en Géorgie, le berceau du vin, il y a 8.000 ans. Pour l’instant, il faut surtout ne rien faire, à part laisser passer un cycle de trois mois », prévoit-il.
Mais pas plus, car les raisins ont bien mûri. La faute, aussi, à un soleil très présent durant l’été. Une aubaine ? Oui et non. Car si la récolte 2018 est prometteuse, la vision à long terme n’incite pas à l’optimisme. « Le réchauffement climatique nous frappe et ce n’est que le début des ennuis. Ça ne va pas aller en s’arrangeant », anticipe Nicolas Reau, craignant des phénomènes climatiques extrêmes qui pourraient avoir raison des raisins. Quid des vignerons, alors ? « Il faudra certainement nous adapter », propose-t-il. Et vivre avec son temps. Et son époque.

Janlou CHAPUT

Journaliste, rédaction de Thouars

Dans la Nouvelle République du Centre-Ouest

Voir les commentaires

Rédigé par Nicolas Reau

Repost0

Publié le 12 Septembre 2018

Rédigé par Apache & Balthazar

Repost0